• Cette année, j'ai décidé de faire réaliser à mes élèves une guirlande de vœux pour 2021. Une manière de valoriser la production d'écrits comme dirait ma copine Enjoy Classroom à l'origine de la publication de ces documents :) 

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année

    J'ai découpé les fanions que les élèves ont coloriés puis collés sur des feuilles effet pailleté trouvées chez Action. Cela a permis de renforcer les fanions et de mettre ensuite en valeur les cœurs et les étoiles recueillant les souhaits de mes élèves. 

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année Une guirlande de voeux pour la nouvelle année

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année

     

    Ayant un effectif de classe réduit, j'ai pu distribuer une lettre et un chiffre par élève mais dans les classes à effectif plus chargé, il est possible de rajouter des fanions pailletés et de coller des vœux de chaque côté. 

    On peut également ajouter Bonne santé comme le propose Estelle en commentaire (et on va bien en avoir besoin !) merci pour l'idée ! Le fichier est modifié en conséquence avec les lettres manquantes.

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année Une guirlande de voeux pour la nouvelle année Une guirlande de voeux pour la nouvelle année

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je vous laisse à disposition le document avec l'année jusqu'en 2025 des fois que ça vous tente une prochaine fois :) 

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année


    2 commentaires
  • Vous avez été nombreux à me poser des questions concernant la production d’écrits au CP, la manière de l’introduire, la fréquence des séances, leur durée, le contenu, les outils…

    Je trouvais que c’était difficile à mettre en place régulièrement et avec pertinence au début de ma carrière en CM, je n’en faisais pas assez en CE1 CE2 et c’est en arrivant au CP que j’ai vraiment accroché avec la production d’écrits.

    Probablement parce que c’est le niveau où l’on démarre cette pratique en partant de zéro, on pose les bases, on part du mot pour arriver à la phrase et enfin au texte. Cela m’a permis de comprendre vraiment le concept, de mieux appréhender ce qui fonctionne ou non, de percevoir les difficultés rencontrées par les élèves, d’accepter de partir de très peu de production émanant de l’élève et d’en être satisfaite car à chaque jour suffit sa peine et Paris ne s’est pas fait en un jour (oui je parle comme une vieille).

    Tout d’abord, je précise que je n’ai absolument rien inventé, je me suis appuyée sur ce que faisaient mes collègues déjà en CP et inspirée de la richesse des échanges avec d’autres collègues croisés ou sur la toile.

    Enfin avant de commencer je rappelle si nécessaire que l’entrée dans l’écrit se fait par l’oral. C’est une évidence mais on a souvent tendance à l’oublier en faisant le raccourci production d’écrit = l’élève écrit. Bien souvent par production d’écrits on entend un texte, une histoire, en bref un contenu conséquent produit par l’élève.

    Pour ce qui est de la fréquence, je consacre un créneau de production d’écrits par jour ou 3 créneaux par semaine selon les projets (piscine, arts…).

    Et pour le support j’ai un cahier petit format consacré à la production d’écrit.

    Ces précisions apportées, entrons dans le vif du sujet.

    Premier point très important : on peut commencer la production d’écrits dès la rentrée au CP. Les enseignants de maternelle en font également et on l’oublie souvent aussi. Nos élèves n’arrivent pas vierges de toute connaissance, il faut s’appuyer dessus !

    Produire un écrit peut être tout simplement de l’encodage de mots (ou dictée muette : une image = un mot) ! C’est ce que font les enseignants de maternelle, les enfants connaissent donc l’exercice.

    C’est ce que je fais durant toute la période 1. Nous étudions 2 sons par semaine, les élèves essaient d’encoder 5 mots de chaque son.

    Pour l’organisation je varie souvent :

    - soit encodage des 5 mots le lundi et correction le mardi (cela permet aux élèves de revenir sur leur travail en différé)

    - soit encodage des 5 mots le lundi pour une moitié de classe avec retour immédiat de ma part pendant que l’autre moitié est en autonomie et inversion des groupes le mardi. Dans cette configuration, les élèves ne produisent pas tous les jours du coup.

    Vous retrouverez les bandelettes d’encodage réalisées par ma collègue ici ou encore chez Défine qui s’en est inspirée en utilisant des mots du manuel Pilotis.

    Concernant l’étayage, il peut être individualisé : certains élèves auront besoin des barquettes des syllabes, d’autres du nombre de lettres, de tirets pour chaque lettre. Il est aussi possible de donner les sons complexes non encore abordés car cela ne doit pas être un frein ou encore les lettres muettes. On a souvent tendance à penser que si le son n’a pas été vu alors on ne peut pas faire encoder le mot mais encore une fois, en Grande Section tous les sons sont abordés !Les enfants sont également plein de ressources et savent s’appuyer sur leurs prénoms (ainsi Louise et Mahamadou connaitront le son ou et une grande majorité parlera du an de maman, même si tous ne l’auront pas fixé bien sûr), encore une fois merci aux collègues de maternelle J

    Durant la période 1 je pratique aussi des petites productions très simples, basées sur les prénoms par exemple en se servant de la rime (c’est un exercice que l’on retrouve sur beaucoup de sites et blogs). Partir de son prénom met l’enfant en situation de réussite et lui donne généralement envie. Je ne mets pas tout dans le cahier d’écrivain, on travaille parfois à l’oral au tableau (la fameuse dictée à l’adulte loin d’être trop simple car elle permet de travailler la syntaxe : on n’écrit pas comme on parle !)

    En période 2, j'arrête l’encodage de mots (mais il est tout à fait possible de poursuivre) pour démarrer de courtes phrases. Il est donc nécessaire que les élèves sachent ce qu'est une phrase, ce qui ne m’empêche pas de revenir sur cette notion en grammaire plus tard dans la période pour l’approfondir.

    J’utilise alors beaucoup d’amorces de phrases en puisant dans les mots outils par exemple : Il y a un ara dans la rue. La structure donnée est:  Il y a … dans …

    Je varie en m’appuyant sur les thèmes et projets en cours : le lexique du matériel scolaire :

    Dans mon cartable il y a …

    le Vendée Globe : Dans la mer il y a …

    Produire des écrits au CP

    C’est … pour …

    Les élèves peuvent essayer d’écrire seuls, chercher les mots dans leur manuel de lecture, utiliser l’outil Lexiclic que je vous ai déjà présenté ici , ou encore se servir de référents mobiles d’écriture à retrouver chez Maitresse Aurel

    Dans les amorces de phrases j’utilise aussi des comparaisons :

    Grand comme… / Petit comme…

    Et là  encore j’adapte aux situations vécues, par exemple, en rapport avec les évènements tragiques de cette année j’ai proposé :

    Libre comme…

    La différenciation se fait cette fois par la quantité de phrases produites.

    Avec mes collègues nous leur faisons également dresser des listes, cela travaille ce type d’écrit, un domaine ou un champ lexical, c’est une production plus concise qui requiert moins le geste graphique et qui peut se substituer à une autre activité pour certains élèves si besoin.

    Par exemple : Trouve 5 animaux qui volent / Trouve 5 choses qui poussent dans un jardin…

    Je propose aussi à mes élèves d’utiliser mon outil La fabrique de phrases.

     

    Produire des écrits au CP

    Durant cette période il est également possible de mettre en place le superbe travail d’Ipotame, qui reprend un peu le fonctionnement des amorces de phrases en proposant aux élèves de conserver le canevas et de changer seulement certains éléments.

    Enfin, en rapport avec les sons étudiés dans la semaine et parce que le manuel Pilotis que nous utilisons s’y prête particulièrement, nous proposons aux enfants d’écrire une phrase contenant un mot de la maison du son abordé.

    A compter de la période 3, toujours des phrases à produire à partir du manuel et du son travaillé mais 2 mots à choisir cette fois, voire 3 pour les élèves les plus à l’aise.

    Je continue les amorces de phrases, cela permet de faire des productions courtes avec des critères de réussite plus accessibles (un petit boost de confiance en soi de temps en temps n’a jamais fait de mal aux élèves).

    Je propose des illustrations comme élément déclencheur de l’écrit. Ce sont des images simples qui vont susciter une ou deux phrases. Retrouvez-les ici.

    Produire des écrits au CP

    J’ai remarqué que ce qui fait souvent défaut avant même de savoir écrire les mots c’est l’imagination ! Nos élèves actuels lisent malheureusement de moins en moins, c’est un fait qu’il faut prendre en compte et ne pas nier (même si bien entendu, une de nos missions est de leur donner le goût de lire). Aussi, pouvons-nous, dans un premier temps, lever cette difficulté en partant d’un support concret.

    Ce peut donc être une illustration ou un évènement vécu par tous les élèves qu’on leur demande de raconter.

    A ce stade, il est également possible de proposer de décrire un camarade, un animal, un personnage Monsieur Madame… (à condition bien entendu de voir en amont le lexique nécessaire).

    Produire des écrits au CP

    En période 4, les écrits peuvent s’étoffer, je propose des images séquentielles.

    Produire des écrits au CP

    Je propose toujours des images mais plus riches, elles invitent donc à une rédaction plus longue (je les pioche sur Internet, elles ne sont pas toutes libres de droits donc je ne peux pas les partager).

    Produire des écrits au CP

    Cette progression est vraiment visible dans les cahiers d’un bout à l’autre de l’année en termes de quantité d’écrit et bien sûr de qualité de l’écriture.

    En période 5 enfin, les élèves pourront écrire sans support visuel et raconter une histoire par eux-mêmes, une rencontre entre 2 personnages, la suite ou un passage d’un album…

    Produire des écrits au CP

     

    Produire des écrits au CP

    En résumé, je dirais de ne pas partir trop vite, de prendre le temps de construire des fondations solides et de partir autant que possible de situations proches du vécu de l’élève.

    L’année dernière par exemple j’avais proposé à mes élèves durant le confinement cette production :

     

    Produire des écrits au CP

    Je pense que passer par toutes ces étapes dans les petites classes et ritualiser l’activité aidera à obtenir des productions d’écrits fournies en CM. Souvent le manque d’habitude d’écrire et d’imaginer pose problème aux élèves qui produisent alors peu.

    Dernier point tiré de mon expérience personnelle, certains sujets que l’on choisit et que l’on pense en apparence anodins (Raconte ton week-end, Qu’as-tu fait pendant les vacances ? etc) peuvent en réalité chez certains élèves se révéler difficiles selon la situation familiale et le vécu et peuvent générer une aversion pour l’exercice ou un blocage. Ce n’est certes pas vrai partout mais on ne sait pas toujours tout et je l’ai expérimenté bien malgré moi alors je pose ça là.

     

    Attention, je viens de développer ce que je qualifie de projets courts d’écriture. Il est toutefois tout à fait possible et même recommandé de réaliser un ou plusieurs projets plus longs dans l’année. A titre d’exemple, j’ai déjà participé avec mes CP au concours Plumes en herbe organisé par Nathan : il s’agit d’écrire l’histoire d’un album Premières lectures à paraître dont nous n’avons que les illustrations. J’alternais alors les phases d’écriture autonome, en binôme ou encore en dictée collective à l’adulte.

    Pour ce genre de projets je vous conseille d’aller regarder Daniele Adad ici 

    de lire l’article de Maitresse Aurel sur Epopia 

    de jeter un œil chez Mon livre Calamagui qui vous permet d’éditer un livre entièrement écrit par vos élèves

    ou encore de découvrir Plume si ce n’est pas encore fait. J’ai expérimenté à partir de janvier en CP et les élèves avaient beaucoup accroché !

     

    Jespère que cet article vous aura renseignés, aidés peut-être… Si vous avez des questions ou des remarques n’hésitez pas en commentaires et si vous êtes arrivés jusqu’ici merci de m’avoir lue (et bravo ! )


    16 commentaires
  • Didacto, des kits pédagogiques clés en mains et thématiques

    J’ai eu la chance ce mois-ci de pouvoir découvrir un kit proposé par Didacto.

    Je dois vous avouer que je ne connaissais pas du tout ce site et que je suis ravie de l’avoir maintenant sous la main autant pour l’école que pour la maison !

    Petite présentation :

    Avec une sélection unique de plus de 2300 jeux, et 400 nouveautés chaque année, Didacto propose un catalogue de jeux et de ressources pédagogiques riche, original et pertinent, sélectionnés chez plus de 120 éditeurs en France et dans le monde.

    Il n’est pas toujours simple pour un enseignant de choisir les bons supports pédagogiques pour traiter en classe d’une problématique particulière : c’est  pour cela que Didacto propose plus de 15 « Kits » qui répondent à une thématique rencontrée sur le terrain.

    Ces kits se composent de 6 à 10 jeux, sélectionnés pour leur qualité, leur cohérence, leur complémentarité.

    Trouvant le concept très séduisant, je me suis laissée tenter par le Kit logique niveau CP. J’en suis absolument ravie !

    Le kit contient 6 jeux auxquels on joue seul, parfait en ces temps de protocole sanitaire renforcé, gestes barrières et désinfection du matériel…

    Ayant 12 élèves, j’ai présenté l’ensemble des jeux à toute la classe avant d’en distribuer un à 6 enfants pendant que les autres étaient en graphisme avec moi. Silence total et concentration immédiate, c’est magique ! Après 24h de repos les 6 autres élèves ont pu également découvrir un jeu et maintenant ils continuent de les découvrir à tour de rôle.

    Les jeux proposent tous une progression dans la difficulté ce qui permet aux élèves de bien s’emparer du ou des objectifs et d’essayer des stratégies sans se retrouver immédiatement bloqués par une situation trop ardue. Être en réussite dès le départ est un excellent moyen de les mettre en confiance et de se lancer des défis pour progresser.

    Parlons maintenant plus en détails de chaque jeu :

    Jungle Logic Djeco

    Didacto, des kits pédagogiques clés en mains et thématiques Didacto, des kits pédagogiques clés en mains et thématiques

    Un jeu de placement comme un sudoku.  30 grilles de difficulté croissante pour placer 9 jetons en suivant les indications données pour placer les premiers jetons puis en déduisant l'emplacement des jetons restants. Le tableau à double entrée n'aura plus de secret pour les enfants qui vérifieront à la fin du placement que toutes les conditions sont bien respectées. 

    Mon avis : Je le trouve parfait ! Les tableaux à double entrée ne sont jamais faciles à travailler. C'est une franche réussite, les enfants ont rapidement compris le principe et en redemandent ! 

     

    La nuit des fantômes Smart Games

     

    Didacto, des kits pédagogiques clés en mains et thématiques Didacto, des kits pédagogiques clés en mains et thématiques

    Des cartes avec des petits fantômes qu'il faut éclairer en plaçant les tuiles translucides représentant des lampes de poche. Au début, les contours des tuiles sont dessinés sur les cartes, les placements sont donc assez simples pour les plus jeunes puis petit à petit, moins de contours sont présents jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus un seul. Chaque carte n'a qu'une seule solution possible. Il y a en tout 60 défis et 3 niveaux de difficultés. Le jeu peut être transporté dans un petit coffret, très pratique pour le ranger dans la classe et permettre aux élèves de l'emprunter en autonomie. 

    Mon avis : De tout le lot c'est le plus réclamé dans ma classe, probablement parce que les petits fantômes très mignons plaisent beaucoup et que les tuiles lampes de poche sont très réussies. 

     
    Polyssimo Djeco 

     

    Didacto, des kits pédagogiques clés en mains et thématiques Didacto, des kits pédagogiques clés en mains et thématiques

    Dans ce jeu, il s'agit de reconstituer un carré à l'aide des 11 pièces en bois sur un plateau quadrillé. Des cartes fournissent l'emplacement des premières pièces et l'enfant doit réussir à placer les pièces suivantes. Le premier niveau est très facile car beaucoup de pièces sont indiquées mais plus les défis montent en difficultés et moins il y a de pièces données, un véritable casse-tête qui donne à réfléchir même aux plus grands !   
     
    Mon avis : Super casse-tête. Les amateurs de Tétris apprécieront  ! Pour les plus grands ensuite il existe le même jeu pour reconstituer un cube : cubissimo. 
     
     
    Cache noisettes ! Smart Games 

     

    Didacto, des kits pédagogiques clés en mains et thématiques Didacto, des kits pédagogiques clés en mains et thématiques

    Des déplacements pour aider les écureuils à cacher leurs noisettes dans les trous du plateau. Avec le petit guide, on place les pièces écureuils et fleur comme indiqué sur chaque défi.  Une noisette est placée entre les pattes de chaque écureuil et il faut les faire glisser pour cacher les noisettes dans les trous. Attention une seule noisette par trou ! Les élèves doivent programmer les déplacements et anticiper le dépôt des noisettes sinon il faut recommencer en cas d'échec ! 5 niveaux de difficultés sont proposés ainsi qu'un plateau avec couvercle pour transporter le jeu. 
     
    Mon avis : Pas si simple que ça même pour la maitresse ! Les éléments ne pouvant que glisser il faut parfois un certain nombre d'étapes pour résoudre le défi. Les pièces sont vraiment bien finies et les écureuils trop mignons. 
     

     Pirates Jr cache-cache Smart Games 

     

    Didacto, des kits pédagogiques clés en mains et thématiques Didacto, des kits pédagogiques clés en mains et thématiques

    Un plateau de 4 cases contenant différents motifs sur le thème des pirates et 4 caches de formes différentes... 60 défis répartis en 4 niveaux indiquent ce qui doit apparaître sur le plateau. Il faut ensuite placer chaque pièce sur la bonne case et dans le bon sens pour ne laisser voir que les éléments indiqués. 
     
    Mon avis : Génial ! Très facile au début, il permet aux plus jeunes de travailler l'orientation et le repérage. Avec la petite boussole, on peut même compliquer les choses et dire nord, sud, est, ouest plutôt que haut, bas, gauche, droite pour venir en aide à un camarade. 
     
     

    Code couleur Smart Games 

     

    Didacto, des kits pédagogiques clés en mains et thématiques Didacto, des kits pédagogiques clés en mains et thématiques

    100 défis sur 4 niveaux de difficultés. Il s'agit de recréer la même figure qu'indiqué à partir de plaques transparentes proposant chacune un motif. 5 plaques peuvent être nécessaires au niveau le plus haut.

     
    Mon avis : Il s'agit de mon coup de cœur. Je suis vraiment fan du concept de superposition des plaques, je trouve que c'est motivant et en même temps relaxant (oui oui je l'ai piqué aux élèves, non je n'ai pas honte !) 
     
    En conclusion : je trouve le concept des kits très bien pensé. L'enseignant gagne du temps et est sûr d'avoir un contenu adapté à son niveau de classe ou la problématique travaillée. 
    La variété des kits est vaste, il y en a plus de 15. Vous y trouverez forcément votre bonheur :  
    - logique
    - langage
    - fractions
    - calcul mental 
    - émotions
    - coopération 
    - protection de l'environnement 
     
    Les jeux sont de qualité et un kit contenant 6 à 10 jeux peut être acheté pour plusieurs classes voire un cycle. C'est un investissement qui sera vite amorti et qui ne demandera qu'à être complété ! 

    1 commentaire
  • Je me suis demandée, tout comme vous, comment j’allais aborder l’hommage à notre collègue avec mes élèves. J’ai regardé les ressources proposées sur Eduscol , celles proposées chez EMC partageons, et j’ai aussi regardé  les formidables partages d’idées des collègues.

    J’ai fini par arrêter mon choix sur plusieurs supports pour aborder différentes notions :

     

    1 – L’hommage

    Qu’est-ce qu’un hommage ? Quelle est la particularité d’un hommage national ?

    On peut rendre hommage à une personne de sa famille décédée, c’est parler d’elle en ravivant de bons souvenirs, évoquer les choses qu’elle a accomplies…

    Mais un hommage national lui est rendu par un pays tout entier soit pour une personne connue et respectée de tous soit pour défendre une valeur par exemple.

    Le magazine 1jour1actu chez Milan dédié à l’évènement propose une photo décryptée de l’hommage national rendu le 21 octobre pour aborder les valeurs de la République.

    Hommage du 2 novembre

    2- La liberté d’expression

    Une notion difficile à traiter avec de jeunes élèves. Dessinée par Kinjal Damani, docteur en Sciences de l’Education et relayée sur Twitter par le chercheur Sylvain Connac, cette petite BD d’éléphants ouvre le débat sans aborder la tragédie. L’émergence du respect des différents points de vue me permettra alors de présenter l’infographie « C’est quoi la liberté d’expression ? » présentée par le magazine 1jour1actu toujours.

    Hommage du 2 novembre

     Pour continuer sur la notion de points de vue et sur une suggestion de ma super collègue voisine de classe une petite activité toute simple : selon que l'on regarde la feuille dans un sens ou dans l'autre on verra un 6 ou bien un 9 un M ou bien un W ou encore un pouce levé ou un pouce en bas... Personne n'a raison ou tort :) 

    Hommage du 2 novembre

     

    3- Produire

    Enfin, j’ai apprécié l’idée présentée dans le document Eduscol de partir du poème Liberté de Paul Eluard.

    Une belle occasion d’écrire autour du mot qui lie tous nos élèves : l’école.  

    J’ai mis en page cet exercice et vous le propose ici :

     

    Hommage du 2 novembre

     

     

    Je poursuivrai cette réflexion en abordant la magnifique chanson Imagine de John Lennon à travers l'album de jeunesse du même titre découvert chez Maitressefo7 et en m'appuyant sur le travail réalisé par Marie-Line sur son blog

     

    J'espère que ces quelques pistes sauront vous être utiles et vous souhaite bon courage pour cette journée  


    17 commentaires
  • Cette année plus que jamais l’entrée dans la lecture est difficile pour certains élèves et la nécessité de rendre tous les apprentissages les plus concrets possibles se fait davantage ressentir.

    Je n’avais encore jamais expérimenté cette manière d’encoder des syllabes à l’aide de graphèmes mobiles, bien qu’elle soit très connue. 

    Affichage mobile pour le décodage

     

    Le principe est simple, on combine le graphème / son étudié avec les voyelles dans un premier temps puis les sons complexes (ou, an, on…).

    Certains l’appellent d’ailleurs l’ascenseur dans leur classe car on peut monter et descendre les cartes.

    Affichage mobile pour le décodage

     

    C’est pratique car pas besoin d’écrire et d’effacer le tableau pour l’enseignant et les élèves peuvent s’emparer des cartes pour les manipuler en plaçant  le graphème en attaque ou en rime.

    Ces cartes pourront aussi être utiles pour l’encodage de mots simples.

     

    Je les ai plastifiées en 100 microns, plus épais que le 80 microns puis j'ai collé derrière soit un morceau d'adhésif magnétique (on en trouve chez Action ou les fournisseurs habituels) ou bien un carré d'aimant autocollant.

    Je pense n’avoir pas oublié de graphie mais n’étant pas infaillible n’hésitez pas à me signaler toute erreur ou omission !

     

    Cliquez sur l'image pour télécharger le fichier 

    Affichage mobile pour le décodage


    8 commentaires