• La théorie des cuillères ou comment un élève a chamboulé ma carrière...

    Il y a des élèves qui nous marquent plus que d’autres au cours de notre carrière et certains qui lui font prendre une autre direction ou nous chamboulent profondément.

    C’est le cas de R. un élève arrivé en cours d’année dans ma classe de CE2 il y a 5 ans. R. n’était pas nouveau dans l’établissement, il était scolarisé en CE1 et bénéficiait de l’aide d’une AESH, une perle avec laquelle j’ai pris plaisir à travailler encore par la suite. R. est autiste Asperger et présentait des troubles du comportement importants, il lui arrivait de se faire mal, il déchirait ses cahiers ou ceux des autres, pouvait également s’en prendre au matériel de classe, aux affichages voire faire disparaître des objets lors de ses « crises ».

    Ces moments difficiles étaient fréquents, déclenchés par une contrariété parfois perceptible par l’entourage et parfois pas du tout car il ne réagissait pas forcément comme on l’aurait fait face à certaines situations.

    Venant au départ pour des décloisonnements en histoire notamment, sa matière de prédilection : R. était calé comme jamais sur les dinosaures, leur ère d’apparition, de disparition, quelle espèce avait côtoyé telle autre, qui mangeait qui et autres affinités jurassiques, il est finalement resté dans ma classe en accord avec ses parents, l’équipe et lui-même bien entendu.

    Un lien affectif très fort s’est tissé entre lui et moi, je ne saurais l’expliquer mais un besoin viscéral de le comprendre pour l’aider à s’épanouir m’a alors envahie. Je ne connaissais rien à l’autisme Asperger. Je me suis donc documentée, lisant beaucoup pour parvenir à décrypter un peu ce drôle de loustic qui parlait comme un livre, avait besoin de calme, ne supportait pas l’imprévu ni le stylo rouge dans ses cahiers pour la correction.  

    Au fil de mes lectures, j’ai appris que la plupart des Asperger sont très sensibles aux bruits environnants, à la lumière, peu enclins aux échanges non programmés, aussi simples soient-ils comme des balivernes autour du temps qu’il fait ou du repas de la cantine.

    Les séances de piscine par exemple, mettaient R dans une angoisse telle qu’il s’arrangeait pour faire disparaître son sac de piscine avant chaque séance ! S’en suivait une fouille archéologique massive et pas toujours fructueuse… La piscine était en fait un lieu concentrant énormément de désagréments pour lui : atmosphère assourdissante, températures fluctuantes…

    Bref, avec le temps et en tâtonnant, j’ai compris ce qui lui convenait concernant les « conditions externes ». Me restait l’épineux problème de sa propre disponibilité qu’il ne pouvait pas toujours verbaliser et qui parfois, pouvait mener à une surcharge cognitive. Il se braquait alors sur l’activité en cours et son AESH et moi avions toutes les peines à le calmer.

    Un soir au gré de mes divagations réflexives sur la toile je suis tombée sur la vidéo de Julie Dachez, docteure en psychologie sociale, conférencière et militante française pour les droits des personnes autistes. Diagnostiquée autiste asperger à 27 ans, elle exposait dans cette vidéo la théorie des cuillères de Christine Miserandino. Cette femme atteinte d’un lupus a entrepris un jour d’expliquer sa fatigabilité chronique en partant d’une réserve de petites cuillères disponibles en début de journée et épuisable petit à petit pour des activités et tâches du quotidien qui ne coûteraient rien ou peu à un sujet bien-portant.

    Dans sa vidéo, Julie a transposé cette théorie au syndrome Asperger et je me souviens l’avoir regardée en me disant « Wahou !! Je comprends mieux ci ou ça pour R ! »

    Voici la vidéo :

     

    Et cette fameuse théorie des cuillères :

     

    La théorie des cuillères ou comment un élève a chamboulé ma carrière...

    Le lendemain matin, de retour en classe, durant l’installation des enfants et la mise en route, je racontais à l’AESH le contenu de cette vidéo. A la fin de mon explication, R. qui était à côté en train de copier ses devoirs sans avoir perdu une miette de tout ce que je venais d’exposer, m’a dit :

    « Eh bah maitresse, si on devait parler en cuillères là je serais déjà à -4 »

    Les yeux ronds comme des soucoupes, je lui ai alors demandé :

    « R. tu as compris ??? Ce système te parle ? Tu veux qu’on essaie ? »

    Il était totalement partant, aussi le lendemain je suis revenue avec mes cuillères et 2 feuilles A3 plastifiées : une verte pour l’énergie pleine et une rouge pour décharger l’énergie.

    Aucun outil n’est révolutionnaire, entendons-nous, et ce qui conviendra à un élève ne conviendra pas à un autre nous le savons tous. Mais en l’occurrence ici, ce système visuel nous a beaucoup aidés tous les 2. R. pouvait concrétiser et verbaliser ses pertes d’énergie, je pouvais les comprendre (par exemple la récréation bruyante pleine d’interactions non prévues semblables à des intrusions dans sa bulle pouvait lui coûter 2 à 3 cuillères, aussi prenait-il un livre parfois pour s’isoler) et nous pouvions donc nous entendre sur les temps de travail ou de pause acceptables pour lui et moi au sein de la classe. 

    Ses petites cuillères sont parties avec lui dans la classe suivante et il a fini par ne plus en avoir besoin en CM2 :)  

    Je pense que cet outil de jauge de la fatigabilité d’abord applicable à des maladies chroniques peut finalement être transposé à tout élève à besoin, temporairement ou durablement et c’est la raison pour laquelle je vous en parle. 

    J’ai des nouvelles de R. depuis qu’il est au collège et cela se passe bien pour lui, les grosses crises appartiennent au passé. 

    Il dit souvent que je l’ai énormément aidé mais il ne mesure pas à quel point il m’a fait progresser dans mes pratiques…  

      

     


    20 commentaires
  • Cette année, j'ai décidé de faire réaliser à mes élèves une guirlande de vœux pour 2021. Une manière de valoriser la production d'écrits comme dirait ma copine Enjoy Classroom à l'origine de la publication de ces documents :) 

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année

    J'ai découpé les fanions que les élèves ont coloriés puis collés sur des feuilles effet pailleté trouvées chez Action. Cela a permis de renforcer les fanions et de mettre ensuite en valeur les cœurs et les étoiles recueillant les souhaits de mes élèves. 

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année Une guirlande de voeux pour la nouvelle année

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année

     

    Ayant un effectif de classe réduit, j'ai pu distribuer une lettre et un chiffre par élève mais dans les classes à effectif plus chargé, il est possible de rajouter des fanions pailletés et de coller des vœux de chaque côté. 

    On peut également ajouter Bonne santé comme le propose Estelle en commentaire (et on va bien en avoir besoin !) merci pour l'idée ! Le fichier est modifié en conséquence avec les lettres manquantes.

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année Une guirlande de voeux pour la nouvelle année Une guirlande de voeux pour la nouvelle année

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Je vous laisse à disposition le document avec l'année jusqu'en 2025 des fois que ça vous tente une prochaine fois :) 

    Une guirlande de voeux pour la nouvelle année


    2 commentaires
  • Je me suis demandée, tout comme vous, comment j’allais aborder l’hommage à notre collègue avec mes élèves. J’ai regardé les ressources proposées sur Eduscol , celles proposées chez EMC partageons, et j’ai aussi regardé  les formidables partages d’idées des collègues.

    J’ai fini par arrêter mon choix sur plusieurs supports pour aborder différentes notions :

     

    1 – L’hommage

    Qu’est-ce qu’un hommage ? Quelle est la particularité d’un hommage national ?

    On peut rendre hommage à une personne de sa famille décédée, c’est parler d’elle en ravivant de bons souvenirs, évoquer les choses qu’elle a accomplies…

    Mais un hommage national lui est rendu par un pays tout entier soit pour une personne connue et respectée de tous soit pour défendre une valeur par exemple.

    Le magazine 1jour1actu chez Milan dédié à l’évènement propose une photo décryptée de l’hommage national rendu le 21 octobre pour aborder les valeurs de la République.

    Hommage du 2 novembre

    2- La liberté d’expression

    Une notion difficile à traiter avec de jeunes élèves. Dessinée par Kinjal Damani, docteur en Sciences de l’Education et relayée sur Twitter par le chercheur Sylvain Connac, cette petite BD d’éléphants ouvre le débat sans aborder la tragédie. L’émergence du respect des différents points de vue me permettra alors de présenter l’infographie « C’est quoi la liberté d’expression ? » présentée par le magazine 1jour1actu toujours.

    Hommage du 2 novembre

     Pour continuer sur la notion de points de vue et sur une suggestion de ma super collègue voisine de classe une petite activité toute simple : selon que l'on regarde la feuille dans un sens ou dans l'autre on verra un 6 ou bien un 9 un M ou bien un W ou encore un pouce levé ou un pouce en bas... Personne n'a raison ou tort :) 

    Hommage du 2 novembre

     

    3- Produire

    Enfin, j’ai apprécié l’idée présentée dans le document Eduscol de partir du poème Liberté de Paul Eluard.

    Une belle occasion d’écrire autour du mot qui lie tous nos élèves : l’école.  

    J’ai mis en page cet exercice et vous le propose ici :

     

    Hommage du 2 novembre

     

     

    Je poursuivrai cette réflexion en abordant la magnifique chanson Imagine de John Lennon à travers l'album de jeunesse du même titre découvert chez Maitressefo7 et en m'appuyant sur le travail réalisé par Marie-Line sur son blog

     

    J'espère que ces quelques pistes sauront vous être utiles et vous souhaite bon courage pour cette journée  


    17 commentaires
  • Le jour de la rentrée je vais faire jouer une petite partie de Srabble à mes élèves mais n'étant pas encore lecteurs, ils ne devront pas placer des mots mais leurs prénoms. L'occasion de réviser les lettres de l'alphabet et de mettre en place de bonnes bases relationnelles: écoute, respect, patience, entraide.

    Je modifie les règles bien entendu car au lieu de piocher, chacun va d'abord devoir retrouver toutes les lettres qui composent son prénom. 

    Une fois que je leur aurai expliqué le principe du Scrabble (poser un mot qui touche les lettres déjà en place), je poserai le mot Maitresse et les laisserai réfléchir. Il va leur falloir réaliser qu'ils ne pourront pas poser toutes les lettres de leur prénom mais utiliser une ou plusieurs lettres posées. 

    Si cette activité vous inspire, je vous mets à disposition l'alphabet Scrabble, il vous suffit de dupliquer les lettres dont vous avez besoin. 

    Alphabet scrabble

     

    Et voici un aperçu du résultat :

    Alphabet scrabble


    3 commentaires
  • Inspirée des enseignants américains et canadiens et maintenant bien connue en France, l'échelle de comportement (behavior scale) est un système que j'ai découvert il y a 6 ans. Il s'agit d'une échelle avec une case "Ready to learn" au milieu et la possibilité de monter ou de descendre une pince à linge portant le nom de chaque élève selon son attitude de la journée. 

    Côté fabrication: les cases sont plastifiées perforées en haut et en bas et reliées par des anneaux brisés.

    J'ai utilisé cette échelle plusieurs années avec, selon les élèves plus ou moins de résultats. 

    J'appréciais particulièrement de laisser les élèves déplacer leur pince à linge avec bien entendu au départ un questionnement de ma part pour susciter une réflexion sur un acte accompli ou une parole dite.

    Ils étaient alors très rapidement capables d'analyser leurs comportements. L'avantage d'un tel système est qu'il est visuel, certains élèves ont besoin de voir où ils se situent. 

    Cela pouvait également me permettre de signifier discrètement à un élève en le regardant et en allant baisser sa pince à linge qu'il devait se calmer ou au besoin s'isoler un peu.

    La sanction différait selon l'infraction commise par l'élève et était autant que possible décidée avec lui. 

    Les enfants sont d'ailleurs bien souvent plus sévères envers eux-mêmes que nous ne le serions! 

     

    Je n'utilise plus l'échelle en CP dédoublé car la gestion d'un effectif moindre me rend son usage inutile mais je vous la propose si elle vous intéresse: 

    Echelle du comportement

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique